CADRAN SOLAIRE

Vidéo-danse

Création : Harry BRACHO - Inès COVILLE - Apolline LARHANT - Marie de MONTAIGNAC - Marta MUNUCE - Guedalia REYRAUD - 

Nelly TODOROVA
Musique: Héctor Cavallaro - Cinco imágenes (basadas en paisajes verticales)  

 

© Vidéo-danse Paris VIII - 2016
La Villette, Paris 2016.

« Christian Wolff fit un jour remarquer que, à la fin, tout devient mélodie. C'est vrai. Le temps délaye la complexité. En définitive, nous en restons au plan de l'unidimensionnalité : au cadran de l'horloge et non pas au mécanisme dissimulé par-derrière. La relation du son au temps ressemble à un cadran solaire, dont l'aiguille secrète se déplace de manière invraisemblable tandis qu'elle poursuit sa course. Mais si nous déduisons de cela que l'être du son est un principe presque naturel, alors nous pourrons observer notre cadran solaire à un moment où, même si le soleil ne brille pas, il reste tout à fait clair. De façon paradoxale, précisément à ce moment-là, le temps est moins fuyant. Toutes les ombres ont disparu et nous laissent derrière elles un objet effiloché par le temps. À cet instant, on prend moins le temps véritable comme mouvement, mais on le saisit plutôt comme une représentation. Dans le premier cas, notre son-temps est l'exploration très scrupuleuse d'une lumière délimitée, qui deviendra bientôt le regard rigide de la mélodie. Dans le second cas, le temps demeure dans le son. On y trouve encoure du mouvement : mais celui-ci n'est rien d'autre que la respiration de la sonorité elle-même »

 

Morton Feldman, Pensées Verticales, 1964